Share
  • Book
  • French(Français)

서울의 낮은 언덕들

  • Author
  • Country
    Republic of Korea
  • Publisher
  • Published Year
    2011
  • Genre
    Literature - Korean literature - Contemporary fiction

Title/Author/Genre

  •  

    Title: Collines basses de Séoul

    Author: Bae Su-ah

    Genre: Jaum moum

     

    LTI Korea staff: Minkyung HA (minkyung_ha@klti.or.kr / +82-2-6919-7746)

Description

  • About the book

    Cet ouvrage commence par le voyage de Gyeong-hee, actrice de théâtre spécialisée dans la récitation, pour rendre visite à son professeur d'allemand qui se trouve dans un état critique. Alors que son poste au travail est menacé, elle se décide, sur un coup de tête, à voyager, et se déplace à pied dans une ville lointaine. Elle fait la rencontre de personnages appelés le thérapeute, M.Nobody, Banchi, l'homme oriental et Maria dans d'autres villes que Berlin où se trouve son professeur à l'article de la mort. Ils ont tous une identité à la fois singulière et plurielle, et ne sont pas délimités par une existence particulière. Sa rencontre et sa conversation avec ces personnages modifient et démolissent sans cesse son idée sur la « ville » et la « langue ». De plus, les lecteurs se trouvent perdus au croisement de « voix segmentées. » En effet, alors que des messages déconcertants et embarrassants existent, l'énonciateur de ces messages est douteux. En outre, la narratrice passe constamment de « Gyeong-hee » à « nous » et enfin, à « moi (qui suis l'enfant de Gyeong-hee et qui, en même temps, refuse de l'être) ». Finalement, tous les dialogues précédents se transforment en une énorme récitation, et l'histoire en tant que telle passe à une autre histoire. À travers ce processus, nous sommes mis en face d'une « superposition des existences », et pouvons avancer d'un pas dans l'expérience « postmoderne » dans laquelle une ville porte les noms de beaucoup d'autres villes. Surtout, « Karacoroum » connu comme un lieu de repos de chaque ville dans cet ouvrage est une sorte de trou qui existe dans la ville où nous vivons et, dans le même temps, devient un espace commun pouvant relier les trous de toutes les villes.

     

    À la suite de la tendance postmoderne qui prétend mettre fin au grand récit, l'auteur Bae Su-ah cherche à décrire, par ce roman à la frontière de l'essai, l'effondrement de la littérature connu comme la fin du récit, et sa carte topographique. Au lieu de suivre la narration existante, l'auteur enrichit la pensée à travers le monde et les personnages qu'il a tordus et superposés, car, il veut « dessiner une telle carte topographique ». Exprimer, sans passer par des phrases ou des expressions esthétiques, la vision du monde de l'auteur reposant sur une imagination langagière solide, semble être le caractère essentiel de cet ouvrage. Il est donc impossible de trouver un seul sujet ou une seule intrigue dans ce roman-essai. Tenter de trouver quelque chose de commun avec un critère, c'est plutôt un acte loin de l'expérience de pensée de cet ouvrage. D'ailleurs, assimiler cet ouvrage à un travail de « décomposition » parce qu'il a des caractères non esthétiques du postmoderne, c'est sans doute une interprétation absurde. Bien que la possibilité d'interprétation nous soit toujours ouverte, si elle fait partie du travail de décomposition ou si elle est considérée comme quelque chose de fixé, nous finissons par revérifier l'interprétation fermée.

    About the author

    Bae Su-ah fait partie des auteurs rares même dans le milieu littéraire en Corée. Cela ne signifie pas seulement que ses ouvrages sont « différents » de ceux d'autres auteurs ; si on examine de près les sens cachés entre les lignes de ses ouvrages, on peut voir cette rareté venir plutôt de contexte énorme du monde littéraire. Toutefois, si la vocation de l'auteur est de détruire ceux qui sont nés dans l'ensemble des textes constituant le monde littéraire, qui y sont devenus clichés et qui se reproduisent comme un mort-né dans le monde littéraire(à la fois la société), Bae Su-ah semble se consacrer justement à cette mission. Ses ouvrages précédents, les recueils de nouvelles: La route nationale avec des pommes vertes, Danseur d'air, Communication nocturne et les romans: Cheolsu, Dimanche au restaurant Sukiyaki, L'absence de la chouette, La salle de séjour nord, Une nuit et une journée inconnues, occupent une place importante dans le courant postmoderne de la littérature coréenne depuis les années 1990. Les ouvrages de Bae Su-ah ont été quelquefois critiqués par le grand public en raison de leur opacité et de la diversité de leurs interprétations, pourtant cela vient surtout de sa conscience aiguë de son époque,. Par ailleurs, elle est également reconnue pour sa compétence de traductrice.

     

    Pourtant, la raison pour laquelle les ouvrages de Bae Su-ah sont si importants, est entre autres qu'elle agrandit la catégorie de la « littérature » par l'intermédiaire du cadre structurel, le monde littéraire ». Si on examine La salle de séjour nord(2009) ayant le même contexte que Collines basses de Séoul, et Une nuit et une journée inconnues(2013) publié ultérieurement, on peut découvrir que le style de l'auteur ne se fait pas seulement pour la représentation littérale ou l'accusation de la matérialité des relations ou du rêve, mais il vise aussi à transformation des lettres en images et à la destruction- reconstruction des relations ou du rêve. Enfin, elle substitue le mot « travail » à la notion de littérature et cela signifie qu'elle s'intéresse à la « pratique » contenue dans la littérature. Donc, scruter le travail de Bae Su-ah comme auteur, cela revient à prophétiser l'avenir de la littérature postmoderne en Corée et à attendre la naissance d'une nouvelle forme de « littérature » entre elle et le monde littéraire.

      

    Son roman Cheolsu a été traduit et publié en avril 2015, par une maison d'édition spécialisée dans la littérature étrangère traduite, Amazon Crossing imprint de Amazon publishing. Éditrice chez Amazon Crossing, Sarah Jane Gunter déclare: « J'espère que les lecteurs américains, eux aussi, découvriront le monde créatif et éminent de la littérature de Bae Su-ah et je tiens à continuer à publier ses ouvrages dans les prochaines années. »

    Media Response/Awards Received

    « Chaque fois qu'elle publie un nouvel ouvrage, certains l'aiment et d'autres non. L'auteur nous offre cette fois encore son « style peu gentil aux lecteurs. C'est un texte bizarre et peu familier et un roman jugé le plus difficile à comprendre et le plus dramatique parmi les romans coréens publiés cette année. »

    - Quotidien Maeil Business Newspaper

     

    « Les personnages, les situations, les dialogues et les idées classiques ne sont « jamais » présents dans les romans de Bae Su-ah. Les personnages, les situations, les dialogues et les idées du roman de Bae Su-ah n'apparaissent que dans ses romans. Donc, Bae Su-ah est unique. »

    - Agence de presse coréenne Newsis

Translated Books (12)

News from Abroad (37)